Bien choisir vos polices d’écriture

En tant que designer, il est parfois difficile de trouver la bonne police pour un projet de création graphique. Au début de mon expérience de designer, je passais facilement des heures à faire défiler toutes les polices que je trouvais sur internet, je finissais par perdre la tête et n’arrivait plus à distinguer les polices correctement. (Un peu comme lorsque l’on répète un mot, il finit par perdre son sens). Sans contexte associé, il est complexe de visualiser le rendu final et on se sent vite submergé par le grand nombre de polices différentes.

Une de mes erreurs était de penser que chaque projet devait avoir une police unique et différente. De par l’expérience avec mes clients et mes apprentissages continus en design. J’ai appris qu’en tant que designer, on peut satisfaire nos clients et proposer des projets audacieux avec simplement cinq polices.

A travers cet article, vous découvrirez une partie de mon processus de recherche ainsi que mes polices que je réutilise la plupart du temps.

En plus de l’inspiration visuelle que j’effectue en amont de tout projet, j’utilise une ressource en particulier afin d’établir un contexte et réaliser un premier choix en notant les polices que j’estime intéressantes.

Fonts in the wild

https://www.fontsinthewild.com

En cliquant sur les images on peut voir la police qui est utilisée et un lien de téléchargement (gratuit ou payant, selon la police). L’intérêt principal de cet outil est de visualiser les polices dans un contexte (titres, paragraphes, couleurs…).

En 1991, Massimo Vigneli, un des plus grands designer à dit cela :

“In the new computer age, the proliferation of typefaces and type manipulations represents a new level of visual pollution threatening our culture. Out of thousands of typefaces, all we need are a few basic ones, and trash the rest.”

“ Dans la nouvelle ère technologique, la prolifération des polices et leurs variations représentent un nouveau niveau de pollution visuelle qui menace notre culture. De ces milliers de polices, nous n’avons besoin que d’une poignée de basiques, le reste doit être jeté.“

Pourquoi existe-t-il autant de polices différentes ?

La raison principale de la prolifération des polices est tout simplement l’argent. Les polices sont créées pour être vendues. Cela ne veut pas dire qu’elles sont de qualités ou qu’elles seront utiles. Je n’utilise pas plus de cinq polices aujourd’hui pour mes projets aussi différents qu’ils soient, car je suis le conseil de Massimo Vigneli et de par mon expérience, cette méthode est prouvée. Cette méthode qui fonctionne ne signifie pas qu’on va se retrouver avec des polices ou un design vieillissant. L’innover juste pour innover n’a pas toujours d’intérêt. Pourquoi ré-inventer la roue quand elle fonctionne parfaitement bien ?

Je ne dis pas d’appliquer cette règle aveuglement et de ne pas utiliser d’autres polices. Je trouve intéressant de commencer un projet avec quelques polices qui sont efficaces avant de choisir des polices qui n’ont pas encore fait leurs preuves.

« Les règles et méthodes ne sont qu’un point de départ. Il faut apprendre à être flexible avec. »

Mes polices les plus utilisées (selon mon expérience)

  • Futura
  • Verdana
  • Helvetica
  • Avenir
  • Gill Sans

Les polices recommandées par Massimo Vigneli

  • Garamond
  • Bondoni
  • Century Expanded
  • Futura
  • Times Roman
  • Helvetica
Akli Goudjil
Akli est un enthousiaste de la tech et adore travailler sur plusieurs concepts. Il a un profond intérêt pour l’univers du design, de développement web et du marketing. Dans son temps libre il aime voyager et rencontrer de nouvelles personnes.

Sommaire